Quelle est l'origine du mot " Cocktail " ?

Vous vous demandez pourquoi le nom " Coquetelers " et ce qu’il signifie ?

Pour mettre fin à vos (atroces !) souffrances, on a décidé de remonter dans le temps et de commencer par le commencement, c’est-à-dire, vous raconter l’histoire du mot « cocktail ».

 

L’origine du mot « cocktail » fait l’objet de nombreuses légendes et aucune ne fait l’unanimité. Certaines ne sont que légendes, d’autres paraissent plus probables, et d’autres encore auraient été transformées et exagérées au fil des années. Son exacte origine ne sera donc jamais connue mais on va quand-même prendre un malin plaisir à vous expliquer quelques-uns de ces fameux mythes !

Avec tant de théories et d’histoires farfelues, il est difficile de savoir à quelle date exactement ce mot a connu son origine. Nous savons toutefois qu’il a été utilisé et défini, en 1806, dans le journal américain The Balance and Columbian Repository. On peut donc présumer que les premiers mélanges se faisaient dès le XVIIIe siècle ou même avant et que ce mot est alors apparu dans ces eaux-là.

 

Les quelques légendes du mot « cocktail » 

La queue du coq ?

 Une première étymologie du mot cocktail est celle associée à la queue du coq (cock – tail) aux nombreuses couleurs. Ou serait-ce la queue colorée du paon ? Le mot viendrait alors de la contraction de « peacock tail » (queue de paon). Dans tous les cas, il n’aurait été question, ici, que d’une ressemblance de couleurs entre ce mélange de boissons et la queue d’un de ces oiseaux. Aujourd’hui, cette théorie semble plutôt plausible, étant donné les multiples et divers ingrédients colorés qu’utilisent nos barmen et mixologues. Cependant, au XVIIIe siècle, les boissons pouvaient-elles être déjà de milles couleurs ? Ou étaient-elles plutôt de couleur fade ? - ce qui serait moins surprenant…

 

Des chevaux seraient impliqués ?

Certains soutiennent la légende dans laquelle le mot « cocktail » viendrait tout droit d’une ancienne tradition d’élevage des chevaux. A l’époque, l’on coupait un muscle sous la queue des chevaux bâtards afin qu’elle se redresse. Ceci permettait de les différencier des chevaux de races pures. Leur queue ressemblait alors à une queue de coq, c’est pourquoi on les surnommait les cocktailed-horses (les chevaux à la queue de coq ou queue redressée).

Mais cette théorie possède elle-même une autre version. Il serait possible qu’aucun muscle n’aurait été touché, les queues des chevaux impures auraient été seulement raccourcies.

Même histoire, même finalité mais des conditions différentes…

En tout cas, à partir de là, le mot cocktail a pu être réutilisé pour désigner les boissons issues de mélanges, des boissons à caractère impure.

 

Des coqs déplumés ?

D’autres disent encore qu’il connait son origine d’une coutume consistant à placer une plume de coq dans les mélanges de boissons alcoolisées. La boisson aurait alors été nommée par son signe distinctif, une plume de la queue d’un coq : « cock-tail ».

  

Un coq disparu ?

Certains pensent qu’il s’agit de la fille d’un cabaretier américain qui serait à l’origine de ce terme. Celle-ci possédait un coq qui disparut un beau matin. Il fut finalement retrouvé par un jeune homme du village. La jeune femme lui offrit, alors, un breuvage mystérieux en guise de remerciement. Elle baptisa cette boisson « cocktail » (queue de coq).

 

La princesse Xoc-Tl ?

Une autre légende concerne une fameuse princesse mexicaine nommée Xoctl (que l’on prononce coctel). Celle-ci était connu pour concocter de fabuleux breuvages aux officiers américains qu’accueillait son père. Ceux-ci, étrangers à la langue et à la culture mexicaine, crurent que Xoctl était le nom attribué à leur boisson. Le terme « cocktail » dérivé de « Xoctl » serait alors né et utilisé pour désigner une délicieuse boisson exotique. 

 

L’apothicaire A.Peychaud ?

Enfin, l’histoire qui selon nous est la plus sensée est celle de l’apothicaire Antoine Amédée Peychaud. Ce jeune Bordelais, installé à la Nouvelle Orléans, préparait des mélanges d’alcools, à base de son fameux bitter, dans des coquetiers à double face. Il mesurait, du moins, les doses d’alcool à l’aide de ce récipient. Les Anglo-saxons auraient alors traduit le terme français « coquetier » par « coquetiel » puis finalement « cocktail ».

Une autre version avance que cette boisson préparée et servie dans un coquetier aurait été simplement nommée coquetel. Les Anglo-saxons y auraient ensuite mis leur patte, ce qui aurait donné « cocktail ».

 

 

Un peu étourdi ? Vous n’avez même pas entendu la moitié mais on va tout de même s’arrêter là sinon on y est pour la journée !

Mais vous savez désormais que notre nom « Côquetelers » vient de l’une des origines du mot cocktail. Et vous comprenez alors que notre logo représente ce fameux récipient, le coquetier.

 

Maintenant que vous savez tout, qui est partant pour un petit cocktail ? Tim vous a élaboré un tas de recettes exquises à faire à la maison ! « Nos coquetels » n’attendent que vous…


Article précédent Article suivant